Accessibilité Contact Aller au menu Aller au texte

Linux vs HPC : vie (et mort) de fonctionnalités obscures

Intervenant(s) : Brice Goglin
Langue : English Niveau : Confirmé
Date : Vendredi 9 juillet 2010 Horaire : 17h00 Durée : 40 minutes
Lieu : ENSEIRB - Amphi B
PDF - 323.1 ko
Slides

La conférence

Le calcul haute performance (HPC) est un des domaines où Linux est le plus répandu. Cependant, c’est aussi un des domaines où Linux subit le plus de modifications, en particulier pour des raisons de performances. En effet, les technologiques matérielles et logicielles mises en jeu mènent à des optimisations plus ou moins propres, poussées notamment par les constructeurs qui souhaitent battre des records de performance au détriment de la portabilité et de la propreté du code. Certains souhaitent parfois mettre tout et n’importe quoi dans le noyau pour des raisons de performances. Certains développeurs refusent alors d’intégrer du code pour des raisons plus ou moins valables, avec régulièrement des trolls, changement d’avis voire même des erreurs dans le processus de review de patchs. Parfois l’intégration est facile, parfois elle n’arrive jamais, parfois elle passe par des voies détournées ou des coups de mains involontaires de développeur sans lien avec le HPC. Autour de différents exemples des dix dernières années (entrées-sorties zéro-copie, TOE, OS-bypass, write-combining/PAT, …) je présenterai la façon dont les innovations liés au HPC ont été intégrées (ou non) dans le noyau standard. Et je finirai avec un des problèmes actuels du HPC suite à la démocratisation des processeurs multicoeurs : certains développeurs noyau pensent pouvoir tout prévoir et s’adapter à n’importe quelle application, alors que les développeurs du HPC souhaitent que le noyau en fasse le moins possible et les laisse se débrouiller pour exploiter au mieux le matériel.

L’intervenant

PNG - 79.1 ko
Brice Goglin

Brice Goglin est chercheur en informatique de l’INRIA (Institut National de Recherche en Informatique et Automatique, http://www.inria.fr/bordeaux). Il travaille au LaBRI (Laboratoire de Recherche en Informatique de Bordeaux, http://www.labri.fr) où il conçoit des logiciels permettant l’exploitation efficace du matériel pour le calcul scientifique parallèle. Il utilise les logiciels libres depuis une dizaine d’années, et y contribue depuis environ 5 ans, en particulier dans le noyau Linux et le serveur graphique X.org via le projet Debian.

Documents joints

Slides
Slides (PDF - 323.1 ko)