Accessibilité Contact Aller au menu Aller au texte

Acteurs et chercheurs : les nouvelles voies de la coopération. Exemples de la pêche, de l’éducation et du numérique

Intervenant(s) : Association française des Petits débrouillards, CCFD - Terre Solidaire, Petits Débrouillards Groupe 38, Centre de Recherche et d’Information sur la Démocratie et l’Autonomie (CRIDA), ATTAC, Fondation Sciences Citoyennes
Date : Jeudi 8 juillet 2010 Horaire : 14h00 Durée : 180 minutes

Le Forum mondial sciences et démocratie est née de l’idée qu’un dialogue politique permanent entre mouvements sociaux et acteurs de la recherche et du monde des sciences en général constituait un des éléments du renforcement stratégique de l’ensemble de nos organisations.

En effet, les questions que nos organisations ont à affronter sont désormais qualifiées de "complexes", "interdépendantes" etc… Lutter contre le changement climatique, affronter l’érosion dramatique de la biodiversité ne sont pas des questions simples. Elles ne sont pour autant pas insolubles.

En revanche, tout tend à montrer que la "société civile" ne pourra affronter ces questions, être pertinente, utile à la société et influer sur les décisions politiques que si son expertise s’accroît, que sa capacité à penser la complexité augmente également, que son désir de connaissance est articulée à une meilleure maturité de ses membres. L’acquisition de connaissances, la transmission de connaissances constitue dans nos organisations des enjeux absolument fondamentaux.

La puissance d’une partie des organisations du mouvement social d’autres horizons géographiques (Amérique du nord, Brésil, Angleterre, Allemagne…) réside précisément dans des lieux organisés, permanents, critiques mais féconds entre acteurs de terrain et acteurs de la recherche. Voire parfois dans la construction de lieux d’expertise indépendante.

On le perçoit de façon évidente dans le cas des actions "Changement climatique et justice sociale" : rien n’aurait été possible sans les travaux du GIEC, sans des relations régulières avec les acteurs de terrain, sans une intégration de nouveaux professionnels et militants dans nos réseaux, et sans l’émergence de nouveaux acteurs environnementaux depuis les années 1980 et 1990 qui entretiennent avec les questions techno-scientifiques des relations moins complexées.

Bien entendu, en France comme ailleurs, nous ne partons pas de rien et plusieurs initiatives tissent un nouvel horizon de relations stratégiques. Dont certaines sont déjà le fruit du Forum Mondial Sciences et Démocratie. D’autres acteurs majeurs de la Solidarité Internationale entament aujourd’hui une évolution difficile mais résolue en ce sens. Ils viendront partager avec nous leurs hypothèses, leurs expériences et leurs premiers travaux.

C’est à une discussion autour de quatre catégories d’exemples et de secteurs (l’éducation, la pêche, le numérique et "le plaidoyer"), très différents les uns des autres, que nous vous convions. Les questions sont de différents types :

- en quoi les relations entre acteurs et chercheurs peuvent-elles renforcer nos organisations ?

- quels types d’exemples pouvons-nous donner qui permettraient de comprendre ces relations, les rendre compréhensibles, ici et maintenant

- à quelles difficultés, selon les types d’acteurs, ces volontés de coopérations/partenariats se confrontent-elles ?

Cet atelier participe à la démarche du Forum Mondial Sciences et Démocratie (FMSD).

Plus d’infos sur le site de l’université d’été